Salon de Düsseldorf, Grand Pavois de La Rochelle, Festival international de la Plaisance de Cannes, Salon nautique de Paris… Malgré une météo économique difficile, les Salons nautiques montrent la capacité de réaction et d'innovation des chantiers et des équipementiers. Analyse et tour d'horizon des nouveautés.

Actualité à la Hune

Salon de l’équipement d’Amsterdam

On n’arrête pas le progrès

Le grand salon international de l’équipement nautique se tenait la semaine dernière à Amsterdam. Comme chaque année, un jury de professionnels a décerné à l’occasion une pluie de récompenses (prix du DAME). Mais en dehors de ce concours dédié à l’innovation, dans les allées du salon, il était possible de faire bien des trouvailles. En voici quelques-unes, sélectionnées pour vous.
  • Publié le : 21/11/2017 - 00:01

METSLe METS (Marine Equipment Trade Show), plus grand salon professionnel de l'équipement nautique, se tenait à Amsterdam du 14 au 16 novembre. L'occasion d'y faire quelques trouvailles !Photo @ Sébastien Mainguet
Cette entreprise du Royaume-Uni jouissait déjà d’une bonne réputation dans le domaine des supports en tout genre. Mais avec ce kit handicapé Connect pour dériveur RS Venture, Scanstrut présente une innovation bien plus ambitieuse et complexe. Il s’agit de faire naviguer des personnes à mobilité réduite sur un dériveur de type RS Venture, en ajoutant un ensemble composé de nombreuses pièces assurant de multiples fonctions : assise – avec deux sièges –, mais aussi manœuvres. Dans cette configuration, l’équipage étant centré, le Venture porte des voiles un peu plus petites et un bulbe de 125 kilos. Ce dispositif très astucieux s’impose dans la catégorie «accastillage et gréement» et remporte aussi le premier prix toutes catégories.

ScanstrutKit handicapé - Scanstrut.Photo @ DR
Dans la catégorie des vêtements, le nouveau ciré (très) haut de gamme (Isotak X) de l’australien Zhik a été distingué par le jury pour sa singulière modularité : l’ensemble col-capuche est amovible et peut être remplacé, en fonction des conditions météo, par différents types de cagoule. Attention tout de même, l’ensemble veste et salopette est à plus de 1 500 euros…

ZhikCiré Isotak X - Zhik.Photo @ DR
Du côté du matériel de sécurité, la présence d’une application mobile pour homme à la mer parmi les produits primés doit aussi retenir l’attention. Proposé par l’américain Weems & Plath, CrewWatcher fonctionne avec des petits émetteurs individuels et une application disponible en version Android et iOS. Dans le domaine de la mécanique et de la propulsion, l’hélice à pas variable dévoilée par Oceanvolt il y a tout juste un an a fini par être décorée par le jury du DAME. Rappelons que cette hélice ServoProp est capable de s’adapter au mieux à ses deux usages : propulsion d’une part, hydrogénération d’autre part.

Weems & PlathCrewWatcher - Weems & Plath.Photo @ DR
 

Et n’oublions pas les mentions spéciales : une, par exemple, a échu à Digital Yacht pour son nouveau transpondeur AIS Nomad, qui peut se contenter d’une source d’alimentation USB ; une autre a été décernée à l’estonien Ropeye (désormais distribué par Harken) pour sa nouvelle poulie U-Block à attache textile. Dotée d’un étrier en carbone, d’un réa en aluminium et d’une fixation par transfilage en Dyneema enduit Teflon, cette U-Block est adaptée pour des charges statiques (bastaques, renvoi des drisses au pied de mât…).

NomadTranspondeur AIS Nomad - Digital Yacht.Photo @ Nick Heyes
Mention spéciale également pour le système d’éclairage KanvasLight proposé par une sellerie de la presqu’île de Rhuys : une LED qui diffuse son éclairage à travers des fibres optiques intégrées dans le tissu de la capote ou du bimini !

KanvaslightKanvasLight - SNA.Photo @ DR
Mention spéciale toujours pour le crochet Ghook développé par le slovène Spinaker (idéal pour transférer la pendille vers l’avant de manière plus confortable) et pour la balise Sarsat/AIS de McMurdo (modèle SmartFind G8), qui envoie un message de détresse en AIS en même temps qu’elle déclenche une alerte Sarsat en passant par les satellites – là encore ce type de balise a déjà fait une première apparition il y a environ un an. Cette balise McMurdo devrait aussi se retrouver sous l’appellation de Kannad (l’autre marque du groupe Orolia).

SpinakerCrochet Ghook - Spinaker.Photo @ DR

McMurdo Balise Sarsat/AIS - McMurdo/Kannad.Photo @ DR
Mais au salon d’Amsterdam, on trouve encore beaucoup de nouveaux équipements qui ne font pas partie des vainqueurs de ce concours. On peut citer par exemple les deux dernières VHF Icom. Des petits modèles : la M330 est un modèle fixe, très compact (157 x 110 x 67 mm), et étanche IPX7 – donc adaptée pour une installation en extérieur. La M85 est une portable à peine plus encombrante qu’un smartphone : 92 x 56 x 29 millimètres, et 215 grammes.

ICOM M330M330 - ICOM.Photo @ DR

Beaucoup plus originale, la longe de harnais équipée d’un bloqueur, sur le principe des enrouleurs de ceinture automobile. Un système développé par Teamo et baptisé Autolock Tether. Basé à Southampton, Teamo avait commencé par développer un ensemble gilet/harnais «BackTow», conçu pour que l’homme à la mer attaché à la longe soit tracté sur le dos et non pas sur le ventre, le visage face à l’eau (voir la vidéo ci-dessous). Très intéressant aussi !

TeamoAutolock Tether - Teamo.Photo @ Oscar Mead
Dans un genre tout différent – mais il s’agit encore de sécurité –, le nouveau transpondeur AIS ATB1 d’Ocean Signal est un appareil dit «de classe B» (destiné aux petits navires y compris ceux de plaisance) qui peut émettre dans les mêmes conditions que les transpondeurs professionnels «de classe A». Ce qui signifie qu’il émet à une puissance de 5 watts – au lieu de 2 watts pour les classe B ordinaires – et en bénéficiant de la même priorité et donc de la même visibilité sur le réseau, alors que l’émission des autres appareils de «classe B» est en quelque sorte bridée.

INO-ROPEPoulies INO-BLOCK Light - INO-ROPE.Photo @ DR
Signalons enfin ces nouveaux pare-battage Plastimo, constitués d’une série d’anneaux parallèles, et qui peuvent ainsi épouser plus ou moins la forme de la coque. Astucieux et plutôt réussis en termes de design ! Ou encore, chez le français INO-ROPE, de nouvelles petites poulies INO-BLOCK Light, à attache textile et surtout à roulement textile – une technologie dont ce fabricant a toujours l’exclusivité, et qui devient donc disponible pour les petites charges à l’œuvre sur des minis ou sur des dériveurs. Pour l’instant, cette nouvelle gamme comprend deux modèles, IB 0,6 et IB 1,2, pour des charges de travail de 200 ou 400 kilos, et des cordages jusqu’à 8 ou 10 millimètres (prix : environ 20 à 40 euros).